Les deux ouragans Irma et José sont finalement passés. Le premier avec beaucoup de dégâts humains et matériels, le second a frôlé les îles sans conséquences fortes.

Pendant 8 jours, du samedi 2 au dimanche 10 septembre, le gouvernement, les forces de l’ordre, les équipes de secours ont été proactifs puis réactifs pour limiter au maximum l’effet de cette catastrophe naturelle, que ce soit Irma ou José.

Alors que la connaissance de la force et de la trajectoire du cyclone se précise, il reste moins de 48 heures pour agir. Evacuer 80.000 personnes étant impossible sans risque, il fallait prendre des décisions pragmatiques.

Animation du satellite GOES13 entre le mercredi 6 septembre à 00h00 UTC et le vendredi 8 septembre 2017 à 09h00 UTC ©Météo-France Les deux ouragans se suivent et l’on voit bien la perte de puissance et le décalage de José par rapport à Irma

Retour sur une semaine tempêtueuse

Le 2 septembre, alors que le cyclone n’est pas encore en catégorie 5, décision est prise d’envoyer 120 personnels de la sécurité civile qui arriveront sur place le lundi 4 septembre. Ce même 4 septembre, les consignes sont largement diffusées à la population : se préparer en faisant des stocks, se protéger ou se déplacer en zone protégée pour les zones à risques comme les falaises.

Le 5, activation de la cellule de crise. Les équipes sont pré-positionnées dans les Antilles proches et prêtes à intervenir dès la fin du passage du cyclone. Un hub logistique est installé à la Guadeloupe, à environ 280 kilomètres de Saint Martin.

Après le passage d’Irma, le 6 septembre, Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-mer arrive en Guadeloupe puis à Saint Martin ou elle restera jusqu’après le passage de José. Deux numéros d’urgence sont mis en place pour diffuser des informations sur la situation.

Le 7 septembre, le pont aérien est actif. Il permet d’acheminer les secours, le matériel, les vivres et l’eau d’une part. Et d’autre part, il permet de rapatrier les blessés graves.

Au total, 1100 personnels étaient présents sur l’île grâce aux actions prises.

Le 10 septembre, après le passage – finalement lointain – de José, Radio France ouvre une fréquence radio pour informer en temps réel.

Moyens déployés

Les forces de sécurité sur place :

  • 550 sapeurs-pompiers
  • 410 gendarmes
  • 80 policiers

Forces acheminées sur place :

  • 240 gendarmes mobiles
  • 50 hommes du GIGN
  • 15 hommes du GIPN
  • 380 militaires

Alimentaire :

  • 145.000 bouteilles d’eau
  • 100 tonnes de nourriture

Santé :

  • 2 200 kilos de médicaments
  • 64 professionnels de santé
  • 1 cellule d’urgence médico psychologique

Et après …

Le 11 septembre, un délégué interministériel dédié à la reconstruction est nommé lors d’une réunion décidée par le Président de la République. Emmanuel Macron se rendra ensuite sur place pour y passer environ 24 heures.