LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ALIMENTATION D’ÎLE DE FRANCE SE SONT TENUS AU MARCHÉ INTERNATIONAL DE RUNGIS CE VENDREDI 6 OCTOBRE 2017

 

Dans le cadre de la consultation nationale des États Généraux de l’Alimentation visant à promouvoir et pérenniser l’avenir agricole français, tout autant qu’à valoriser, accompagner et aider le travail des agriculteurs, le Député de la 1ère circonscription du Val de Marne, Monsieur Frédéric DESCROZAILLE, et le Président du Marché International de Rungis, Monsieur Stéphane LAYANI, ont joint leurs efforts afin de contribuer à ces instances sur les problématiques touchant aux produits alimentaires frais. 

Ce vendredi 6 octobre, le plus grand Marché de produits frais du monde accueillait donc une vingtaine de professionnels représentant tous les métiers des principales filières alimentaires afin d’échanger avec une équipe de députés de la région et d’apporter leurs expertises sur les thématiques majeures de l’approvisionnement des grands bassins de consommation urbains, notamment en produits frais alimentaires.

Les députés présents : Frédéric Descrozaille, Jean-François Mbaye, Guillaume Gouffier-Cha, Jean-Jacques Bridey, Didier Baichère, Rodrigue Kokouendo, Marie Lebec, Albane Gaillot, Patrice Anato, Laurent Saint-Martin

États Généraux de l'Alimentation 1
Visite du pavillon boucherie

 

Après une courte visite du Marché, la matinée a été rythmée par des ateliers de réflexion « les Rungis Cafés », tables rondes participatives dont les principaux thèmes débattus seront les suivants :

– Les attentes des consommateurs (Quel est l’impact sur l’entreprise / mon secteur de l’évolution des attentes des consommateurs? De quoi ai-je besoin pour gérer cet impact / conduire les changements qu’il induit? Quelles mesures législatives / réglementaires permettraient de combler ces besoins?)

– La valorisation des produits / L’attractivité des métiers (Quels sont les freins à ma compétitivité hors prix / à la compétitivité hors prix de mon secteur ? Quels sont les leviers que je rêverais d’actionner pour augmenter ma compétitivité hors prix ? Quelles mesures législatives / réglementaires m’aideraient à actionner ces leviers ?

États Généraux de l'Alimentation 2
Présentation de la méthode par Frédéric Descrozaille

 

Ces sessions de travail « tournantes », auxquelles chacun a pu prendre part une vingtaine de minutes avec un même député référent, ont permis de cerner les enjeux du secteur et de formuler des mesures concrètes au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et à la cellule agriculture de la Présidence de la République.

4 mesures concrètes sont donc ressorties de ces ÉGA :

États Généraux de l'Alimentation 3
Les participants votent pour les mesures proposées

1 – Valoriser les métiers et mieux y préparer / les faire connaître

  • Meilleures formation et information des conseillers métiers (compléter les fiches métier…) au niveau établissements scolaires et de formation, Pôle Emploi
  • Création d’un espace télévisé réservé à la présentation des métiers (témoignages de pro et de jeunes apprentis) par des petits films validés par les pouvoirs publics avec cofinancement
  • Favoriser les liens entre éducation nationale et milieu professionnel : autoriser les témoignages dans les établissements scolaires et du supérieur par des représentants socio-professionnels
  • Assouplir la réglementation relative au travail des jeunes pour permettre l’apprentissage de métiers qui prévoient du travail de nuit, l’utilisation d’objets coupants et/ou contondants…
  • Abaisser l’âge d’entrée en apprentissage à 14 ans
  • Améliorer la prise en charge de formations type CQP pour faciliter la reconversion professionnelle

    États Généraux de l'Alimentation 4
    Travail sur 4 mesures retenues en petits groupes

2 – Droit à l’erreur

Sortir du principe « nul n’est censé ignore la loi » : faire œuvre de pédagogie avant de sanctionner

  • Formation initiale et permanente des agents chargés de contrôler : sensibiliser / former à l’activité économique qu’ils sont censés contrôler, prévoir des « passerelles » entre administration et milieux économiques
  • Veiller à l’équité des contrôles
  • Simplifier les dispositifs d’aides (notamment européennes) qui découragent le montage de dossiers par crainte de ne pas être remboursé des sommes engagées

3 – Informer / communiquer sur les produits et les métiers

  • Créer un espace media ne relevant ni de l’espace presse ni de celui régi pour la publicité pour informer les consommateurs sur la règlementation qui s’applique à la production et aux produits agricoles et alimentaires
  • Modifier la règlementation européenne de manière à autoriser la communication sur l’origine nationale des produits
  • Modifier le CMP pour autoriser les précisions sur la localisation des produits
  • Créer des spots en format court validés par les pouvoirs publics pour informer sur les obligations imposées aux opérateurs français, cofinancés par interprofessions

4 – Harmonisation règlementaire (environnementale)

Entreprendre une démarche volontariste au niveau communautaire d’harmonisation des conditions concurrentielles qui s’appliquent au secteur.

États Généraux de l'Alimentation 5
Discours de Stéphane Layani, Président du Marché International de Rungis