Alors que le Premier Ministre, Edouard Philippe, et le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, clôtureront jeudi 21 décembre les Etats Généraux de l’Alimentation, les députés du groupe de travail LaREM « agriculture » dressent le bilan de leur contribution.

Communiqué de presse LaREM

En parallèle des 14 ateliers thématiques mis en place au niveau national, les députés du groupe de travail LaREM « agriculture » ont proposé, dans leurs circonscriptions, des ateliers locaux afin de pouvoir recueillir les attentes et les propositions des citoyens et des acteurs locaux.

Entre le 31 août et le 27 novembre 2017, près d’une soixantaine d’ateliers ont été organisés dans de nombreux départements très divers : ruraux, urbains, côtiers et de montagne.

Ces rencontres et échanges ont été organisés autour des multiples problématiques auxquelles sont confrontées l’agriculture et l’alimentation aujourd’hui : création et répartition de la valeur, structuration des filières, préservation du foncier agricole, circuits courts, lutte contre le gaspillage alimentaire…

Cette démarche inédite d’échanges aura permis de remettre l’ensemble des acteurs autour de la table : producteurs, transformateurs, distributeurs, associations de consommateurs, pouvoirs publics. Elles ont également fait remonter du terrain les solutions innovantes et concrètes. Les propositions autour des deux chantiers de ces Etats généraux de l’alimentation ont été remis en main propre par les députés au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

A la veille de la conclusion nationale de ces Etats généraux, les députés du groupe « agriculture » de La République En Marche se félicitent de cette mobilisation et de cet engouement pour transformer notre modèle agricole et l’adapter aux problématiques contemporaines.

A l’issue de ce travail de concertation et de débat, les députés sont mobilisés pour introduire dans la loi les dispositions de consensus qui ressortiront de ces EGA afin de mieux valoriser les produits, de répartir équitablement la valeur et d’offrir aux consommateurs une alimentation plus saine, sûre et durable.

NB : Le 6 octobre, nous avions aussi créé notre atelier à Rungis en proposant une rencontre de travail avec les interprofessions de l’alimentation : ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ALIMENTATION À RUNGIS